Canadians divided over when COVID-19 vaccination warrants should be lifted: poll – National

Canadians are divided at the moment COVID-19[feminine les mandats de vaccination devraient être levés pour diverses activités, suggère un nouveau sondage, sans consensus clair sur le moment où la vie devrait revenir à ce qu’elle était avant la pandémie.



Le sondage Ipsos réalisé exclusivement pour Global News a révélé que le nombre de Canadiens qui souhaitent attendre plus longtemps la fin de ces mandats est plus élevé que ceux qui souhaitent leur disparition immédiate, mais pas de beaucoup.



« Les Canadiens sont, je dirais, assez hésitants quant à la façon dont ils envisagent la prochaine période », a déclaré Darrell Bricker, PDG d’Ipsos Public Affairs.

« Oui, il y a des gens qui veulent y aller tout de suite, mais beaucoup d’entre nous prennent vraiment leur temps. »



Lire la suite:

Le coût de la vie dépasse la pandémie comme problème clé pour les Canadiens avant le retour du Parlement: Ipsos



L’histoire continue sous la publicité

Le sondage – qui a interrogé plus de 1 000 Canadiens plus tôt ce mois-ci en ligne – a demandé si les mandats devraient être levés cette année, l’année prochaine, 2023 au plus tôt, ou pas jusqu’à ce qu’un facteur externe comme les cas de COVID-19 devienne négligeable ou que l’Organisation mondiale de la santé déclare la pandémie terminée.

On a demandé aux répondants de faire l’un de ces choix pour plusieurs activités, y compris les voyages en avion et en train, manger au restaurant ou regarder un film au cinéma, entrer sur le lieu de travail et travailler dans un hôpital ou un établissement de soins de longue durée.

Alors qu’entre 22 et 35 pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu’elles souhaitaient que les mandats disparaissent d’ici la fin de l’année ou plus tôt pour ces activités, 28 à 34 pour cent ont dit soit au cours de 2022 ou pas avant au moins 2023. Entre 36 et 47 pour cent cent, quant à lui, a choisi un facteur externe, en fonction de l’activité.

Bricker note que plus de gens étaient à l’aise de lever rapidement des mandats pour des activités qu’ils avaient peut-être déjà vécues, comme dîner au restaurant ou travailler au bureau.


Cliquez pour lire la vidéo : « Les partis se disputent l'économie, les mandats COVID-19 lors de la première période de questions postélectorale »







Les partis se disputent l’économie, les mandats COVID-19 lors de la première période de questions post-électorale


Les partis se disputent l’économie, les mandats COVID-19 lors de la première période de questions post-électorale

Le sondage a trouvé beaucoup moins de soutien pour mettre fin aux exigences en matière de vaccins pour les voyageurs et les travailleurs de la santé, qui ont tous deux vu environ un quart des Canadiens convenir qu’ils ne devraient pas être levés tant que la pandémie n’a pas atteint une sorte de point final. Ces chiffres étaient plus élevés que ceux de toute autre réponse à toute autre activité.

L’histoire continue sous la publicité

“Cela est motivé par la familiarité des gens avec l’activité”, a déclaré Bricker. “Les gens expérimentent (dîner au restaurant et travail au bureau) en ce moment, ils voient ce qu’est l’expérience.”

Comme cela a été le cas tout au long de la pandémie, les jeunes Canadiens qui ont répondu à Ipsos ont exprimé moins de prudence quant aux exigences en matière de vaccins que les répondants plus âgés. Les femmes se sont également avérées plus prudentes que les hommes, poursuivant une autre tendance COVID-19.

Les milléniaux âgés de 18 à 34 ans étaient généralement plus désireux de lever les mandats cette année que les Canadiens âgés de 55 ans et plus, qui avaient tendance à dire qu’ils voulaient attendre que les taux d’infection baissent. L’écart entre les deux variait de 9 à 19 points selon l’activité.

Lire la suite:

Les médecins indignés alors que l’Ontario et le Québec refusent les mandats de vaccin COVID-19 aux agents de santé

«Ils ont probablement encore l’impression que ce n’est pas quelque chose qui va les affecter», a déclaré Bricker à propos des jeunes Canadiens qui ont répondu.

« Cela ne veut pas dire que c’est universel. Il y a encore énormément de jeunes Canadiens qui sont réticents, mais par rapport aux Canadiens plus âgés, ils sont certainement plus ouverts à sortir et à essayer des choses.

Les femmes, quant à elles, ont principalement déclaré qu’elles voulaient attendre que l’OMS déclare la pandémie terminée – souvent d’environ 10 points par rapport aux hommes.

Chaque province et territoire a désormais une forme de mandat de vaccination pour de nombreuses entreprises, tandis que les assemblées législatives et la Chambre des communes ont également exigé que les membres soient entièrement vaccinés contre la COVID-19. Les vaccins sont également requis pour les voyages mandatés par le gouvernement fédéral et dans de nombreux lieux de travail, y compris dans le secteur public fédéral.

L’histoire continue sous la publicité


Cliquez pour lire la vidéo : « Les mandats de vaccination contre le COVID-19 mettent-ils vraiment en danger les systèmes de santé ? »







Les mandats de vaccination contre le COVID-19 mettent-ils vraiment en danger les systèmes de santé ?


Les mandats de vaccination contre le COVID-19 mettent-ils vraiment en danger les systèmes de santé ? – 4 novembre 2021

Le sondage a révélé que la COVID-19 reste un problème qui préoccupe beaucoup les Canadiens, 27 pour cent d’entre eux le considérant comme l’une des deux principales priorités sur lesquelles les députés doivent se concentrer.

Plus de 60% ont déclaré qu’ils étaient au moins assez confiants que le nouveau gouvernement fédéral, qui a entamé sa première session depuis les élections d’octobre cette semaine, fera des progrès significatifs pour sortir de la pandémie.

Telles sont quelques-unes des conclusions d’un sondage Ipsos réalisé entre le 12 et le 15 novembre 2021 2021, pour le compte de Global News. Pour cette enquête, un échantillon de 1001 Canadiens âgés de 18 ans et plus a été interrogé. Des quotas et une pondération ont été utilisés pour s’assurer que la composition de l’échantillon reflète celle de la population canadienne selon les paramètres du recensement. La précision des sondages en ligne Ipsos est mesurée à l’aide d’un intervalle de crédibilité. Dans ce cas, le sondage est précis à ± 3,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20, si tous les Canadiens âgés de 18 ans et plus avaient été sondés. L’intervalle de crédibilité sera plus large parmi les sous-ensembles de la population. Toutes les enquêtes par sondage et tous les sondages peuvent être sujets à d’autres sources d’erreur, y compris, mais sans s’y limiter, une erreur de couverture et une erreur de mesure.


© 2021 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.

.

Author: admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *